Un peu d'histoire | Sambre Orneau Menu

Sambre Orneau

Rechercher E-shop Press room
Weather
  • FLOREFFE • GEMBLOUX • JEMEPPE S/S • SAMBREVILLE• SOMBREFFE

  • FLOREFFE • GEMBLOUX • JEMEPPE S/S • SAMBREVILLE• SOMBREFFE

  • FLOREFFE • GEMBLOUX • JEMEPPE S/S • SAMBREVILLE• SOMBREFFE

  • FLOREFFE • GEMBLOUX • JEMEPPE S/S • SAMBREVILLE• SOMBREFFE

  • FLOREFFE • GEMBLOUX • JEMEPPE S/S • SAMBREVILLE• SOMBREFFE

Un peu d'histoire

 Situé au nord-ouest de la Province de Namur, au point de rencontre de deux vallées, le ressort de la Maison du Tourisme Sambre-Orneau est formé par cinq communes : Floreffe, Gembloux, Jemeppe-sur-Sambre, Sambreville et Sombreffe.  Au Moyen-Age, leur territoire constituait des zones frontalières périlleuses entre des principautés indépendantes et souvent rivales. Cette caractéristique explique le nombre important de châteaux et de vestiges d’éléments de défense de cette époque qui sont encore conservés à l’heure actuelle.

La ville de Gembloux entourée de remparts dès le 12ème siècle ainsi que les châteaux de Corroy-le-château et de Sombreffe, tous deux construits au 13ème siècle, appartenaient au système de défense du duché de Brabant. 

Les écoles de Boignées, qui accueillent aujourd'hui les Archives de Boignée
Les écoles de Boignée, qui accueillent aujourd'hui les Archives de Boignée

Le château de Mielmont bâti à partir d’un donjon du 12ème siècle, le donjon (13ème siècle) de la ferme-château de Falnuée à Mazy, la haute tour érigée vers 1225 de Villeret à Saint-Martin et le château-ferme de Balâtre développé à partir d’un donjon également du 13ème siècle dépendaient du comté de Namur.

Au début du 12ème siècle, Godefroid, comte de Namur, acquit l’alleu de Floreffe et le réunit ainsi à son comté.

Tous ces éléments de défense perdirent leur signification militaire lors de l’unification, vers 1430, de ces anciennes principautés sous l’autorité du duc de Bourgogne, Philippe le Bon.

L’abbaye bénédictine de Gembloux fondée au cours du 10ème siècle par saint Guibert fut reconstruite, durant la seconde moitié du 18ème siècle, sous la direction de Laurent-Benoît Dewez, architecte officiel de la cour sous Charles de Lorraine, qui assura également la rénovation de l’abbaye de Floreffe fondée en 1121 par saint Norbert. Ces deux abbayes furent supprimées à la Révolution Française.

Retour en haut de la page
Retour en haut de la page